"[Robert] probably has to go do another Marvel movie or two. He might have one more up his sleeve."

the judge
the judge

(Source: ave-stark)

INT: The good thing about [having] girls is they always come home, and the dad always is-- they look to you the most.
RDJ: Really?
INT: Absolutely. We have a tendency to put our fathers on this pedestal of--
RDJ: [coyly] ... really!
INT: Oh yeah.
RDJ. Oh boy.

(Source: iwantcupcakes)

Interviewer: [In the scene] I can literally feel your wheels turning, and I’m like ‘God what is he thinking?’

(Source: pattinson-mcguinness)

frenchfanrdjr:

Pour mes lecteurs francophones.
TRADUCTION DU MESSAGE PUBLIE PAR ROBERT SUR SA PAGE FACEBOOK, ANNONCANT LE DECES DE SA MAMAN ELSIE."Alors que la promotion de " The Judge" débute ce week-end, je ressens le besoin de courir le risque de plus de partage…"Ma mère est décédée en début de semaine… Je veux dire quelque chose à propos de sa vie, et un “avis de décès” générique ne suffit pas…Elsie Ann Ford est né dans la banlieue de Pittsburgh en avril 1934, fille d’un ingénieur qui a travaillé sur le canal de Panama, et d’une mère qui tenait un magasin de bijoux à Huntingdon, où ils se sont installés… une bonne “Fille de la Révolution Américaine” (note de traduction : en référence à son passage dans l’émission “Finding your roots”, dans laquelle Robert avait appris, en 2011, que sa mère pouvait prétendre au titre de Fille de la Révolution Américaine, titre honorifique donné au descendantes des premières familles installées aux Etats-Unis lors de la Révolution et l’Indépendance américaine à la fin du 18ème siècle !)Dans le milieu des années 50, elle a abandonné ses études et s’est dirigé vers New York, avec le rêve de devenir comédienne. En 62, elle a rencontré mon père (qu’on lui a présenté lors d’un match des Yankees/Orioles). Ils se sont mariés, elle a eu ma sœur Allyson en 63 et moi en 65.Il y avait des révolutions de toutes sortes en cours à ce moment-là, des films underground, la contre-culture et le théâtre… et elle devint la muse de Bob Sr, ils ont plongé dans cela de tout coeur…"Chafed Elbows" (un homme se marie avec sa mère et finit à l’assistance) "Greaser’s Palace" (une femme est sans relâche persécutée par Dieu, et qui ne dit jamais un mot) "Moment To Moment" ou "Two Tons Of Turquoise To Taos Tonight" (dans lequel elle joue 17 rôles) sont des exemples de films qu’ils ont fait ensemble.En milieu des années 70, la mode de la consommation de drogue a rattrapé de nombreux artistes. Elle est devenue alcoolique.Comme leur mariage en souffrait, elle a continué à travailler, mais pas pour longtemps. Un rôle récurrent dans ” Mary Hartman - Mary Hartman ” (76 -‘77) était son dernier emploi rémunéré … elle ne s’en souciait pas, elle l’aurait fait gratuitement.Je me souviens avoir vécu avec elle et son petit ami Jonas, (qui est devenu un deuxième père pour moi) dans un 2 pièces après un 5 pièces à Manhattan (et un bec Bunsen en guise de cuisinière, les cafards, les rêves brisés)…En 1990, elle en a eu assez, elle est allée suivre un traitement, elle est devenue abstinente. Juste à temps pour profiter de plusieurs décennies d’une maladie cardiaque, de pontages, comme on les appelle.Alors que je me suis efforcé d’avoir le genre de succès qui lui avait échappé, et que ma propre dépendance m’avait interdit d’avoir à plusieurs reprises.À l’été 2004, j’étais en mauvais état. Elle m’a appelé à l’improviste, et je lui ai tout avoué. Je ne me souviens pas de ce qu’elle a dit, mais je n’ai pas bu d’alcool ou pris de drogues depuis.Finalement, lorsque nos finances nous l’ont permis, nous avons pu la faire venir à Los Angeles (note de traduction : et là je pense à Chaplin qui fait sortir sa mère de l’asile). Elle avait une affinité particulière avec mon fils premier-né Indio, et vraiment eu un coup de coeur pour Exton. Elle a acheté un IPad, pour faire des photos, des vidéos, la totale.Ses docteurs l’ont qualifiée de “curiosité médicale,” et ont déclaré qu’ils étaient stupéfiés qu’elle soit encore debout et qu’elle puisse marcher.Beaucoup de bons souvenirs affectueux avec elle dans les quelques dernières années, vacances et jours fériés, beaucoup de partage avec les enfants, elle se pavanait avec un bâton de marche. Je savais que c’était difficile, et j’ai compris que les visites deviendraient plus courtes.En mars, elle a subi un autre arrêt cardiaque et a été mise sous assistance respiratoire.Sa volonté était qu’on la laisse mourir s’il n’y avait pas une chance raisonnable de guérison, ce qui était le cas depuis quelque temps.Je suis revenu du tournage de la suite d’Avengers en juin, et je suis allé directement la voir.À mon grand étonnement, elle était complètement lucide, elle râlait et faisait des grimaces.Nous ne pouvions pas parler parce qu’elle avait un tube trachéal. Je me suis demandé si elle pourrait juste avoir de la chance encore une fois.Une autre série de crises a suivi et nous avons du la faire entrer en unité de soins palliatifs.Elle est morte à 23 h 00, le 22 septembre, elle avait survécu à son partenaire très aimant et tolérant durant 37 ans, Jonas Kerr.Elle était mon modèle en tant qu’acteur et en tant que femme, qui est devenue sobre et l’est restée de cette façon.Elle était aussi une recluse, autodénigrante, une Pennsylvanienne rurale écossaise-allemande stoïque, une tête de bois, têtue et heureuse d’être rancunière.Mon ambition, ma ténacité, ma loyauté, “mes humeurs grandioses”, mon agressivité passive occasionnelle, et ma foi…Je tiens tout d’elle… et je ne voudrais pas qu’il en soit autrement.Si vous avez une mère, et même si elle n’est pas parfaite, s’il vous plaît appelez-là et dites-lui que vous l’aimez de toutes façons…RDJrR.I.P Elsie Ann Downey. 1934-2014

For my french fans, the obituary made by Robert for his mother

frenchfanrdjr:

Pour mes lecteurs francophones.

TRADUCTION DU MESSAGE PUBLIE PAR ROBERT SUR SA PAGE FACEBOOK, ANNONCANT LE DECES DE SA MAMAN ELSIE.

"Alors que la promotion de " The Judge" débute ce week-end, je ressens le besoin de courir le risque de plus de partage…"
Ma mère est décédée en début de semaine… Je veux dire quelque chose à propos de sa vie, et un “avis de décès” générique ne suffit pas…
Elsie Ann Ford est né dans la banlieue de Pittsburgh en avril 1934, fille d’un ingénieur qui a travaillé sur le canal de Panama, et d’une mère qui tenait un magasin de bijoux à Huntingdon, où ils se sont installés… une bonne “Fille de la Révolution Américaine” (note de traduction : en référence à son passage dans l’émission “Finding your roots”, dans laquelle Robert avait appris, en 2011, que sa mère pouvait prétendre au titre de Fille de la Révolution Américaine, titre honorifique donné au descendantes des premières familles installées aux Etats-Unis lors de la Révolution et l’Indépendance américaine à la fin du 18ème siècle !)
Dans le milieu des années 50, elle a abandonné ses études et s’est dirigé vers New York, avec le rêve de devenir comédienne. En 62, elle a rencontré mon père (qu’on lui a présenté lors d’un match des Yankees/Orioles). Ils se sont mariés, elle a eu ma sœur Allyson en 63 et moi en 65.
Il y avait des révolutions de toutes sortes en cours à ce moment-là, des films underground, la contre-culture et le théâtre… et elle devint la muse de Bob Sr, ils ont plongé dans cela de tout coeur…
"Chafed Elbows" (un homme se marie avec sa mère et finit à l’assistance) "Greaser’s Palace" (une femme est sans relâche persécutée par Dieu, et qui ne dit jamais un mot) "Moment To Moment" ou "Two Tons Of Turquoise To Taos Tonight" (dans lequel elle joue 17 rôles) sont des exemples de films qu’ils ont fait ensemble.
En milieu des années 70, la mode de la consommation de drogue a rattrapé de nombreux artistes. Elle est devenue alcoolique.
Comme leur mariage en souffrait, elle a continué à travailler, mais pas pour longtemps. Un rôle récurrent dans ” Mary Hartman - Mary Hartman ” (76 -‘77) était son dernier emploi rémunéré … elle ne s’en souciait pas, elle l’aurait fait gratuitement.
Je me souviens avoir vécu avec elle et son petit ami Jonas, (qui est devenu un deuxième père pour moi) dans un 2 pièces après un 5 pièces à Manhattan (et un bec Bunsen en guise de cuisinière, les cafards, les rêves brisés)…
En 1990, elle en a eu assez, elle est allée suivre un traitement, elle est devenue abstinente. Juste à temps pour profiter de plusieurs décennies d’une maladie cardiaque, de pontages, comme on les appelle.
Alors que je me suis efforcé d’avoir le genre de succès qui lui avait échappé, et que ma propre dépendance m’avait interdit d’avoir à plusieurs reprises.
À l’été 2004, j’étais en mauvais état. Elle m’a appelé à l’improviste, et je lui ai tout avoué. Je ne me souviens pas de ce qu’elle a dit, mais je n’ai pas bu d’alcool ou pris de drogues depuis.
Finalement, lorsque nos finances nous l’ont permis, nous avons pu la faire venir à Los Angeles (note de traduction : et là je pense à Chaplin qui fait sortir sa mère de l’asile). Elle avait une affinité particulière avec mon fils premier-né Indio, et vraiment eu un coup de coeur pour Exton. Elle a acheté un IPad, pour faire des photos, des vidéos, la totale.
Ses docteurs l’ont qualifiée de “curiosité médicale,” et ont déclaré qu’ils étaient stupéfiés qu’elle soit encore debout et qu’elle puisse marcher.
Beaucoup de bons souvenirs affectueux avec elle dans les quelques dernières années, vacances et jours fériés, beaucoup de partage avec les enfants, elle se pavanait avec un bâton de marche. Je savais que c’était difficile, et j’ai compris que les visites deviendraient plus courtes.
En mars, elle a subi un autre arrêt cardiaque et a été mise sous assistance respiratoire.
Sa volonté était qu’on la laisse mourir s’il n’y avait pas une chance raisonnable de guérison, ce qui était le cas depuis quelque temps.
Je suis revenu du tournage de la suite d’Avengers en juin, et je suis allé directement la voir.
À mon grand étonnement, elle était complètement lucide, elle râlait et faisait des grimaces.
Nous ne pouvions pas parler parce qu’elle avait un tube trachéal. 
Je me suis demandé si elle pourrait juste avoir de la chance encore une fois.
Une autre série de crises a suivi et nous avons du la faire entrer en unité de soins palliatifs.
Elle est morte à 23 h 00, le 22 septembre, elle avait survécu à son partenaire très aimant et tolérant durant 37 ans, Jonas Kerr.
Elle était mon modèle en tant qu’acteur et en tant que femme, qui est devenue sobre et l’est restée de cette façon.
Elle était aussi une recluse, autodénigrante, une Pennsylvanienne rurale écossaise-allemande stoïque, une tête de bois, têtue et heureuse d’être rancunière.
Mon ambition, ma ténacité, ma loyauté, “mes humeurs grandioses”, mon agressivité passive occasionnelle, et ma foi…
Je tiens tout d’elle… et je ne voudrais pas qu’il en soit autrement.
Si vous avez une mère, et même si elle n’est pas parfaite, s’il vous plaît appelez-là et dites-lui que vous l’aimez de toutes façons…
RDJr

R.I.P Elsie Ann Downey. 1934-2014

For my french fans, the obituary made by Robert for his mother

(Source: downeysus)

famous-abc:

As promotion for “The Judge” kicks off this weekend, I feel the need to run the risk of over sharing…..

My mom passed away early this week….I wanna say something about her life, and a generic “obit” won’t suffice…

Elsie Ann Ford was born outside Pittsburgh in April of 1934, daughter of an engineer who worked on the Panama Canal, and mother who ran a jewelry shop in Huntingdon, where they settled….a bona fide “Daughter Of The American Revolution.”

In the mid ’50s, she dropped out of college and headed to NY, with dreams of becoming a comedienne. In ‘62, she met my dad, (who proposed at a Yankees/Orioles game). They married, had my sister Allyson in ‘63 and me in ‘65…

There was another “revolution” of sorts going on at that time, of underground counter-culture film and theatre…and with her as Bob Sr’s muse, they jumped in wholeheartedly…

"Chafed Elbows" (a man marries his mother and goes on welfare), "Greaser’s Palace" (a woman relentlessly persecuted by God who never utters a word), and "Moment To Moment" AKA "Two Tons Of Turquoise To Taos Tonight" (in which she played 17 characters) were the stand outs.

By the mid ’70s, the downside of drug culture caught up with many artists. She was an alcoholic…

As the marriage suffered, she continued to work, but not for long. A recurring role on “Mary Hartman, Mary Hartman” (‘76-‘77) was her last paying job…not that she cared, she’d have done it for free.

I remember living with her and her boyfriend Jonas, (who became a second father to me) in a 2 room 5 story walk up in Manhattan after that…Bunsen burner for a stove, cockroaches, broken dreams…

By 1990, she’d had enough, went to treatment, got sober. Just in time to enjoy several decades of heart disease, bypasses, you name it….

While I strived to have the kind of success that eluded her, my own addiction repeatedly forbade it.

In the summer of 2004, I was in bad shape. She called me out of the blue, and I admitted everything. I don’t remember what she said, but I haven’t drank or used since.

Eventually, when finances allowed, we were able to move her out to LA. She had a special affinity for my firstborn son Indio, and really got a kick out of Exton. Got an iPad, pictures, videos, the whole 9….

Her doctors basically titled her a “Medical Incredible,” said there was little they could do, and were frankly amazed she was up and walking….

Many fond memories of her in the last few years…holidays, kid-stuff, her strutting around with a walking stick. I knew it was difficult, and understood as the visits got shorter.

In March, she suffered another cardiac arrest and was put on life support.

Her wishes were to be left to die if there wasn’t a reasonable chance of recovery, which for some time there was.

I returned from filming the “Avengers” sequel in June, went straight to see her.

To my amazement, she was completely lucid, interactive, mugging + pulling faces.

We couldn’t speak ‘cause she had a tracheal tube. I wondered if she might just beat the odds once more.

Another set of seizures answered that, and we brought her home for hospice.

She died @ 11 p.m., September 22nd, survived by her extremely loving and tolerant partner of 37 years, Jonas Kerr.

She was my role model as an actor, and as a woman who got sober and stayed that way.

She was also reclusive, self-deprecating, a stoic Scotch-German rural Pennsylvanian, a ball buster, stubborn, and happy to hold a grudge.

My ambition, tenacity, loyalty, “moods,” grandiosity, occasional passive aggression, and my faith….

That’s all her…and I wouldn’t have it any other way.

If anyone out there has a mother, and she’s not perfect, please call her and say you love her anyway…

Elsie Ann Downey. 1934-2014

- Robert Downey Jr 

I called my mom. 😢💔